LED ZEPPELIN - Led zeppelin IV

Publié le par Athalide

Led Zeppelin est à juste titre considéré comme le pionnier de ce que l’on appelle aujourd’hui le hard-rock. Ce quatuor britannique composé majoritairement de requins de studios va révolutionner la pop en systématisant un traitement sonore caractérisé par une guitare omniprésente, une basse et une batterie lourdes et un chanteur à la voix haut perchée ouvrant ainsi la voie à une multitude de suiveurs. L’aventure Led Zeppelin est avant tout une immense opération de recyclage (certains parleraient de pillage) du patrimoine rythm’n’blues et rock consistant à radicaliser le traitement des titres en mettant à vif les arêtes les plus saillantes. Le tout débouche sur une musique excellemment bien produite qui, à défaut d’être nouvelle, est originale. Par la suite, d’autres groupes s’engouffreront dans la brèche ouverte par le dirigeable de plomb en radicalisant encore davantage le traitement afin de faire oublier les racines rythm’n’blues du début : jouer de plus en plus vite, de plus en plus fort et hurler de plus en plus haut. Chose étonnante cette musique issue du fond commun de la musique noire ne comptera, parmi ses représentants les plus fameux, aucun membre de cette communauté. Cette dernière préférera le Reggae ou le Rap comme véhicule de leurs revendications sociales et de leurs luttes. Ce choix est révélateur, il indique combien ce type de musique est finalement vain et superficiel : le hard-rock contrairement à l’image de révolte et de violence qu’il affiche, n’est absolument pas un véhicule de rébellion et de revendication sociale. Le hard-rock, encore plus que le rock, est foncièrement misogyne et réactionnaire : il est au mieux un défouloir au pire inepte.

  

LED ZEPPELIN IV (1971)

Black dog / Rock'n'roll / The battle of evermore / Stairway to heaven / Misty mountain hop / Four sticks / Going to California / When the levee breaks

La rationalité commanderait de choisir parmi les deux premiers albums du dirigeable tant ils contiennent déjà le principal, à savoir les bases du hard-rock. Le choix de Led Zeppelin IV est presque entièrement dû à la présence sur ce disque de " Stairway to heaven ", un des chocs musicaux absolus qui vous met, à la première écoute, la tête en feu. Ce titre est une immense synthèse où l’on trouve tout à la fois le bucolisme de la ballade d’un vieux trouvère avec guitare et flûte, l’esprit rock avec l’entrée de la section rythmique carrée et ce final où s’opère le déchaînement des éléments entraîné par Page le sorcier qui livre un chorus de guitare d’anthologie avant de finir sur la puissance vocale jubilatoire de Plante. Pour le reste l’album paraît presque s’effacer devant ce roc monumental. Pourtant il recèle d’excellents titres tels le très mystique et moyenâgeux " The battle of evermore", ou les musclés "Black dog" et  " Goin’ to California " en passant par le rock revisité (" Rock'n'roll "). Avec cet album le groupe termine l’écriture d’une page essentielle du rock, les opus suivants chercheront à explorer d’autres pistes, prenant de plus en plus de liberté avec le fond commun rhythm’n’blues pour se diriger vers une musique plus progressive.

Commenter cet article

d'éli cieux 05/06/2007 19:21

j'aurais tellement aimé entendre un morceau... bravo pour toutes cesinformations !

philippe 25/01/2007 13:50

Chronique pour le moins radicale pour le dirigeable ! La question de savoir si le hard-rock est misosyne ou non ne m\\\'a jamais traversé l\\\'esprit ! Il faut quand même se rappeller qu\\\'avant la parité et l\\\'égalité des chances beaucoup de domaines artistiques étaient très majoritairement masculin. Il n\\\'y a que dans la chanson que les femmes étaient acceptées... En 1969, peu de femmes à Woodstock à part Janis Joplin et Grace Slick du Jefferson Airplane.
Pour finir, voici ce que j\\\'ai pu lire dans le Rock&Folk hors série "40 ans d\\\'images Rock&Roll" sous la plume de Philippe Manoeuvre : "Vu de l\\\'extérieur, le monde du rock a l\\\'air macho-gothico-terrible. Nous avons cette image... De fait, c\\\'est dans ce monde qu\\\'on rencontre les individus les plus adorables de la terre..."
Evidemment c\\\'est un peu angélique mais c\\\'st un point de vue !

Pénélope Gaubert 22/01/2007 09:33

Je dis "Chapeau". Passer du Led Zep à la fête du village et au mariage de Maurice et Berth, c'est fort.
Chez nous c'était plus la Danse des canards et Viens boire une p'tit coup à la maison...Après plusieurs écoutes, il est vrai que le charme se dissipe un peu.
En ce qui concerne mon agent des Postes, j'ai bcp d'estime pour ce brave homme. Tout de même, c'est lui qui m'apporte mon catalogue Daxon.

alf 21/01/2007 17:11

Salut Pénélope
j'ai pas dit que c'était pas bien non - Stairway - probablement qu'il est devenu casse-bonbons à mes oreilles à force de l'entendre dans les mariages et autres bals du village, dans ma rase campagne de bon bourrin bruxellois. Sinon, tu sous-estime les facteurs, pas bien...

Pénélope Gaubert 20/01/2007 12:15

- Azo arrète d'écouter Paradise Lost, ça te monte au cerveau...
- Sinon OUI le Hard Rock est mysogine. Cela pointe sur Led Zeppelin II avec The Lemon Song, Heartbreaker...
Parlons d'un "groupe" (si on peut le qualifier comme tel) de Hard Rock mysogine: Guns N' Roses. C'est un exemple caricatural j'en conviens. Juste pour dire qu'il faut être de mauvaise foi pour dire que le Hard Rock n'est pas mysogine...
- "Stairway" la moins intéressante, c'est quand même un peu fort non?
C'est un peu comme si pour The Doors, mon facteur disait: "Hé Pénélope, LA Woman c'est le morceau le moins intéressant de l'album éponyme!" J'excuse mon facteur car il ne connait rien à la musique.
Bye bye