Barry Adamson - As above, so below

Publié le par Athalide

Barry ADAMSON - As above, so below

Cet ancien bassiste du groupe Magazine puis des Bads seeds (excellente formation accompagnant Nick Cave) entame sa carrière solo par quelques singles éparses parus dès 1988. Puis ce sont deux albums Moss side story en 1989 et Soul murder Oedipus Schmoedipus sortis en 1995 et auquel participe notamment Nick Cave. La maturité est atteinte en 1998 avec As above, so below. Excellent instrumentiste, compositeur inspiré et arrangeur tatillon, le parcours du discret Adamson mérite toute notre attention.

 

 As above , So below (1998)

Can’t get loose / What it means / Deja voodoo / Come hell or high water / Jazz devil / Still I rise / Girl / The monkey speaks his mind / Goddess of love / Jesus Wept

Cet album issu d’un choc post-opératoire, reflète les préoccupations existentielles de son auteur. Il nous livre un véritable album de climats – ambiance Angel heart et polar américain des années 50 – grâce au pouvoir évocateur de sa musique. Entre voix caverneuse et atmosphère lourde sur fond de réflexion métaphysique, l’album sonde l’inquiétude ultime de nos civilisations moribondes.

Musicalement, la richesse de cet album tient au talent de Barry Adamson d’avoir su mêler habilement ses influences jazz, pop, le tout agrémenter de loops tendances Hip-hop, magistralement soutenu par des arrangements de grande classe et une production sans faille.

Entre une reprise du groupe Suicide (« Girl ») et un classique du rock magistralement revisité (« Can’t get loose » signé Doc Pomus / Mort Shuman) Adamson livre des compositions solides et racées (notamment le somptueux « Come hell or high water »), capable de fusionner dans un même élan jazz, rock, musique électronique (le très beau et décoiffant "Goddess love"). Un disque varié dans ses climats et  atmosphères, en témoigne le très avant-gardiste instrumental échevelé « Jesus wept », sorte de jazz urbain revisité qui clôt l’album.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article