Syd Barrett (1946-2006) La lumière qui s’éteint

Publié le par Athalide

Syd Barrett (1946-2006) La lumière qui s’éteint

Syd Barrett, le génie reclus depuis près de trente ans dans la maison de sa mère située en banlieue de Cambridge, s’est éteint le 7 juillet 2006. Il avait passé ses dernières années, marquées par la dépression et le diabète, à s’adonner à sa passion, si britannique, du jardinage.

Tout et n’importe quoi a été dit sur lui : Autiste, fou à lier dont les neurones auraient fondus à cause de trip répétés au LSD, icône pop schizophrène, ermite ayant choisi pour cellule le domicile de sa mère, cénobite extatique… Le mystère Barrett reste entier.

Il évitait depuis longtemps tout contact avec les journalistes ou toute autre personne susceptible de lui rappeler qu’il avait, il y a bien longtemps, contribué au sein des Pink floyd (pour une histoire des Pink Floyd v. La guerre du rose)  à remodeler la musique populaire au travers du psychédélisme.

Aujourd'hui, il nous reste les premières chansons des Pink Floyd pour nous souvenir de celui qui restera aux yeux de beaucoup cet éternel adolescent mort à 60 ans. Il nous reste également ses inégaux albums solo et l’hommage rendu par ses copains de Pink Floyd en 1975 (Wish you were here).

Ces derniers auraient d’ailleurs déclaré dans un communiqué faisant suite à l’annonce de la nouvelle du décès : "Syd était la lumière qui a guidé le groupe dans ses débuts et il laisse un héritage qui continue à inspirer" (source : L’Express). Et la lumière s’est éteinte…

Gageons que pour son concert du 14 juillet prochain, Roger Waters saura rendre hommage à l'une des grandes figures du rock.

Publié dans Brèves

Commenter cet article