Comprenne qui voudra

Publié le par Athalide

Comprenne qui voudra

En ce temps-là, pour ne pas châtier les coupables, on maltraitait les filles. On allait même jusqu’à les tondre.

Comprenne qui voudra
Moi mon remords ce fut
La malheureuse qui resta
Sur le pavé
La victime raisonnable
À la robe déchirée
Au regard d’enfant perdue
Découronnée défigurée
Celle qui ressemble aux morts
Qui sont morts pour être aimés

Une fille faite pour un bouquet
Et couverte
Du noir crachat des ténèbres

Une fille galante
Comme une aurore de premier mai
La plus aimable bête

(...)


 

Paul Eluard, Au rendez-vous allemand, 1944

Publié dans Citation du jour

Commenter cet article

julia 27/11/2007 22:00

trop joli texte.