Le paradoxe de la culture

Publié le par Athalide

"Pour être absolument honnête, une telle doctrine de la haute culture doit soutenir fermement ce paradoxe que l'incendie d'une grande bibliothèque, la mort d'Evariste Galois* à vingt et un ans, la disparition d'une partition de valeur sont des catastrophes sans commune mesure avec la mort d'êtres humains, même innombrables."

George Steiner, Dans le château de Barbe-bleue. Notes pour une redéfinition de la culture, Folio essais, 1990, 157 p., spéc. p.101.



* Pour les inkultes de notre acabit nous signalons que Evariste Galois fut un mathématicien de génie mort à la suite d'un duel.
Ses derniers mots furent à l'adresse de son frère :
« Ne pleure pas, Alfred ! J'ai besoin de tout mon courage pour mourir à vingt ans ! »

Publié dans Citation du jour

Commenter cet article