La Corée du Nord : dépaysement garanti

Publié le par Athalide

Une envie de dépaysement ? Nous vous conseillons d'aller vous promener sur le site officiel de la Corée du Nord : c'est un peu comme une balade effectuée dans un pays du temps jadis. Cela aurait le charme désuet des vieilles chromos de livres d'histoires oubliés, si ce n'était que ce pays existe et qu'il est entre les mains d'un dictateur de la plus belle espèce – Kim Jong Il : sorte de monarque du socialisme ayant succédé à son père - faisant supporter au malheureux peuple coréens les pires brimades.

Entre les "célèbres maximes de Kim jong-il" - c'est-à-dire de l'ancien dirigeant de la République populaire de Corée et père de l'actuel dictateur (« Seuls ceux qui ont connu à leurs dépens la valeur de leur patrie, sont capables de donner sans hésitation leur jeunesse et leur vie pour elle. ») et un rappel des tâches et de l'objectif de l'Etat ("Le système social mis en place en RPDC est axé sur l'homme: les masses laborieuses y sont maîtres de tout et tout est destiné à leur service* (…°) Le gouvernement de la République et le peuple coréen, sous la direction du Parti du Travail de Corée, honoreront éternellement Kim Il Sung comme Président éternel de la RPDC*, défendront et développeront ses idées et ses réalisations pour achever l'œuvre révolutionnaire Juche.") le site rappel les grandes oeuvres du régime et ses objectifs maniant avec un sens aiguë les admonestations comminatoires.

Ci-dessous, nous joignons un extrait d'un communiqué en date du 20 novembre 2006, trouvé sur le site officiel de la Corée du Nord et qui en donne la tonalité !

« Les forces belliqueuses sud-coréennes doivent renoncer à agir inconsidérément

Le secrétariat du Comité pour la réunification pacifique de la patrie a publié le 18 novembre une déclaration relative à ce que les soi-disant « professeurs » de l’école militaire de l’armée de l’air sud-coréenne avaient poussé leur culot jusqu’à parler d’une attaque préventive contre notre République lors d’un quelconque « symposium international sur les forces aériennes » tenu sous les auspices communs de l’«Institut de recherche de la gestion » de l’Université Yonsé de Corée du Sud et de l’Institut Land des Etats-Unis.

Faisant remarquer que leurs paroles étaient très dangereuses étant propres à faire éclater une guerre nucléaire dans la péninsule coréenne* à l’appui des sanctions et pressions et des manœuvres de guerre des Etats-Unis contre notre République, la déclaration a affirmé que comme nous l’avons déjà dit, nos forces de dissuasion nucléaire étaient un bouclier au service de la paix face aux sanctions et à la menace nucléaire US contre notre République et nullement destinées à viser la Corée du Sud. (...)

Et de continuer :

L’« attaque préventive contre le Nord » est le synonyme de la provocation d’une guerre nucléaire.

Les forces belliqueuses sud-coréennes qui servent de valets à la guerre nucléaire américaine doivent savoir clairement qu’elles ne pourront éluder en aucune façon la défaite ignominieuse et cuisante de même que leurs maîtres devant notre riposte juste et impitoyable*".

*C'est nous qui soulignons

Pour aller plus loin sur la Corée du Nord, on peut lire :

- Guy Delisle, Pyongyang (L'Association, 176 p.)

Excellente BD sur la vie d’un « touriste » occidental en Corée du Nord et qui relève bien les absurdité du régime coréen ainsi que l’enfer vécu par la population de ce pays).

- Jasper Becker – La famine en Corée du Nord 1998 : un peuple meurt (1998, éd. L’esprit frappeur)

Malgré le caractère ouvertement daté du bouquin, sa lecture reste intéressante pour tout ce qu’elle apprend sur ce pays : les travailleurs suivent deux heures d’endoctrinement chaque matin avant le travail et une heure le soir après le travail. Le dictateur a fait construire en plein marasme économique un stade de 200 000 places quasiment jamais utilisé, la nuit on entend dans les rues des villes la musique des orchestres qui accompagne les travailleurs à l’usine, etc. Pauvre peuple Coréen soumis au joug d’un des totalitarismes les plus véhément et véritablement enfermé dans le pays le plus verrouillé au monde, où la population est la plus surveillée et qui a eu, comme le rappelle cet ouvrage, le privilège rare de crever de faim (la famine fut telle que l’ouvrage rapporte des faits de cannibalisme dont la véracité est plus que vraisemblable).

 

Références de l'article cité :

http://www.kcckp.net/fr/news/news_view.php?19+101

Site de la République populaire démocratique de Corée :

http://www.kcckp.net/fr/index.php

Publié dans Fulgurances lumineuses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article