Tout ça pour ça !

Publié le par Athalide

Tout ça pour ça !

Il faudra bien un jour, si l’on souhaite réconcilier les abstentionnistes avec la démocratie, et ramener à la raison les électeurs partis chez les extrèmes que cessent les élections pour convenances personnelles.

Dernier exemple en date, les élections municipales tenues dimanche dernier à Bordeaux. Un bref rappel des faits s’impose : maire de Bordeaux depuis 1995, Juppé a été contraint de quitter son poste à la suite de sa condamnation à 14 mois de prison avec sursis et un an d'inéligibilité dans l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris.

Ce jeune retraité de la fonction publique – alors même qu’il n’a de cesse que de vouloir que les français travaillent plus longtemps – a décidé alors d’occuper son temps libre en donnant des cours sur la mondialisation à l’École nationale d'administration publique de Montréal dans l’attente que sa peine d’inéligibilité prenne fin. Puis de retour au bercail après un an d’errance Québécoise, le brave Alain a décidé de retrouver tous ses mandats.

D’un claquement de doigt il a obtenu que la majorité municipale présente sa démission collective pour provoquer de nouvelles élections. Et tout cela dans le seul but que le délinquant repenti retrouve son fauteuil de maire.

Un homme soucieux du bien public plus que de son intérêt personnel ne se permettrait pas ainsi de dilapider les finances publiques car la plaisanterie à un coût : l’organisation des élections est estimée entre 250 000 et 350 000 euros. Mais Juppé s’en fout comme en atteste l’article intitulé " Parlons chiffres mais parlons-en vraiment " figurant sur le site officiel de la campagne de Juppé http://www.juppe-bordeauxacoeur.com. Dans cet article, on apprend que " En réalité, [les élections] ne coûteront rien aux contribuables Bordelais " et après une démonstration héroïque il est indiqué que : " … les seuls coûts effectifs de cette campagne sont supportés par l’Etat, c'est-à-dire par l’ensemble des contribuables français, cela comme pour des dizaines d’élections partielles chaque année ; c’est le coût de la démocratie ".

Bel exemple de civisme : ça ne coûte rien à la commune (ce qui entre nous reste à prouver) car c’est l’État qui paye donc allons-y gaiement ! Sauf que dans cette belle démonstration, ils oublient de préciser qu’en définitive ce sont les contribuables français qui devront s’acquitter de l’addition engendrée par la volonté d’un homme de retrouver ses mandats après avoir été condamné par la Justice. Ce doit être ça l’externalisation des coûts !

Les Bordelais pas rancuniers pour un sou, lui ont rendu son trône aux termes d’une élection où le score important n’était pas celui de l’UMP mais celui des abstentionnistes (près de 56 % d’électeurs ne se sont pas déplacés).

Reste que le véritable coût de ces élections, c’est l’augmentation de la défiance des citoyens envers la démocratie sans d’ailleurs qu’aucun homme politique ne s’en soucie.

Le taux de participation de 44,1 % ne semble étonner personne. A ce titre les propos de Juppé sur cette élection sont éloquents : "C'est une belle victoire, le taux de participation pour une élection partielle est inespéré. Il s'agit d'un score net, un formidable encouragement, nous avons mouillé la chemise mais le résultat est au rendez-vous" (Le Monde)

Traduction : Juppé savait que le taux de participation serait très faible, mais il n’en a cure, l’essentiel c’est le résultat : retrouver son fauteuil de maire jusqu’en 2008, date à laquelle, les Bordelais comme l’ensemble des français seront appelés à renouveler leurs élus municipaux.

Étrange conception de la démocratie lorsqu’elle est uniquement utilisée à des fins personnelles… oui vraiment étrange !

 

Publié dans Fulgurances lumineuses

Commenter cet article

Medellia 01/04/2007 17:47

Travaillant pendant les Fêtes dans LA grande librairie de Bordeaux pour n'en citer aucune, et ceci sans vouloir en rajouter une couche bien entendu, je tiens à ajouter que le dernier livre de Mr notre maire est arrivé en tête des ventes pour Noël. Mais quel chouette cadeau, vraiment, bordelais, vous êtes de vrais boutes en train. Heureusement, vous avez gagné hier soir contre Lyon, redorant le blason de cette cité blafarde d'un peu d'orgueil chauvin et aviné....allez sur ce je vais boire un bon rouge en continuant à feuilleter ce blog réjouissant car stimulant.

seb 14/10/2006 15:41

Ah les fonctionnaires de la politique ! toujours les mêmes a squatté depuis plus de 30 ans les fonctions républicaines. Il parait même qu'ils sont capables de renouveller le débat politique après un purgatoire au Québec.
Y'a vraiment que le Bordeaux pour se bonnifier avec l'âge !