THE SMITHS - Strangeways, here we come

Publié le par Athalide

The Smiths

Ce groupe originaire de Manchester voit le jour sous l’ère Thatcher en 1982. Autour de Johnny Marr (compositeur et magicien de la six cordes) et de Morrissey (parolier et chanteur) viennent s’agréger le bassiste Andy Rourke et la batteur Mick Joyce. La formation choisit de s’appeler The smiths et se produit sur scène dès l’automne 1982. Au printemps suivant paraît leur premier simple (" Hand in glove ") suivi en novembre de " This charming man ". Le début de l’année 1984 voit la parution de leur premier album intitulé laconiquement The Smiths. Le succès est au rendez-vous et la formation se voit élire meilleur groupe de l’année en Grande-Bretagne. En 1985, ils publient leur second opus, Meat is murder, et en 1986 The queen is dead. Le succès ne se dément pas mais Johnny en a marre car il se sent trop à l’étroit dans cette formation. Lorsque paraît leur ultime album Strangeways here we come, le compositeur des Smiths a déjà annoncé qu’il quittait la formation (" Ce qui par le passé me rendait heureux me rendait malheureux, j’ai dû m’en aller "). Par cette décision, un des groupes les plus brillants de sa génération disparaît prématurément de la circulation. Les Smiths auront contribué en Grande-Bretagne au renouveau de la pop anglaise, ouvrant un boulevard à ce qu’on appellera plus tard la pop-brit.

Strangeways, here we come (1987)

A rush and a push and the land is ours / I Started Something I Couldn't Finish" / Death of a disco dancer / Girlfriend in a coma" / Stop me if you think you've heard this one before /Last night i dreamt that somebody loved me / Unhappy birthday / Paint a vulgar picture / Death at One's elbow / I won't share you

Étrange pochette, pour un album au nom inspiré d’une prison de Manchester (Strangeways), sur laquelle Morrisey a décidé de placer un portrait de l’acteur Richard Davalos. Enregistré en mars 1987 dans un studio de la petite ville de Bath, le disque sort finalement en septembre ; entre temps Johnny Marr, cheville ouvrière de The Smiths, a annoncé en août qu’il quittait le groupe.

Ce album posthume, débute sur un titre assez enlevé dans un registre auquel les Smiths ne nous avaient jusque-là pas habitué (" A rush and a push and the land is ours "). Il contient quelques titres devenus depuis des classiques de l’univers Smiths : le faussement léger et irrésistible " Girlfriend in a coma " où la musique enjouée contraste avec la gravité des paroles, l’efficace et désormais classique " Stop me if you've heard this one before ", sans oublier le somptueux " Last night I dreamt that somebody loved me " et son angoissante introduction. Le disque s’achève dans une fausse quiétude et une tristesse palpable " I won’t share you " : la voix de Morrisey, la guitare de Marr une dernière fois avant que ne se tourne définitivement (?) la page The Smiths.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nico forest 25/08/2007 10:20

chaque album des Smiths contient quelques pépites, des mélodies douces bien arrangées et quand il évite d\\\'en faire des tonnes (même si sans emphase il ne serait plus lui) Morrissey possède un bel organe. J\\\' ai un faible pour "meat is murder" enfin ça change selon les humeurs...

Moon 19/09/2006 17:01

Tiens, je vais les réécouter ce soir...

azo 06/09/2006 13:51

je me suis ecouté deux albums avant-hier, celui avec charming man et please please please, c'etait juste genial.
Tres difficile de choisir un meilleur album ds la mesure ou de mon point de vue, aucun n'evite une faiblesse passagère.
 

seb 26/08/2006 12:45

Strangeways dans les albums cultes, j'aurais plutôt opté pour the queen is dead paru en 86. Enfin voilà un groupe quasi mythique en angleterre mais qui n'a pas vraiment rayonné hors de son royaume. Reste quelques lambeaux de ces gloires passées avec l'inclassable Morrissey, parfois inspiré (Vauxhall and I, You are the quarry), mais aussi à la peine comme en atteste son dernier opus. Quant à J. Marr, il reste toujours dans l'ombre des plus grands. Ah pourquoi la vie sépare de jeunes garçons dans le vent !
Il était tentant d'aborder l'univers des smiths pour me faire réagir. A quand Music for the masses de depeche mode dans les albums cultes pour atteindre le nirvana ?