Nino Ferrer : un anniversaire discret

Publié le par Athalide

Il y a 10 ans disparaissait un des musiciens français qui aura sans doute le plus oeuvré pour faire de la musique pop autre chose que cette bouillie nullissime offerte à la vue, et surtout aux oreilles, des spectateurs des années 70 dans des shows à paillette tristounets siglé Maritie et Gilbert Carpentier.

Ses meilleurs albums - Métronomie, Nino Ferrer and Leggs, Nino & Radiah - continuent toujours de ne passionner qu'une poignée d'amateurs éclairés alors qu'ils sont de véritables monuments élevés à la gloire de la pop et de la liberté de ton.

Le 10e anniversaire de la mort de ces oeuvres immortelles aurait pu être l'occasion pour le monde du show-biz de saluer dignement le talent de cet artiste intègre. Il était temps dix ans après de redécouvrir les trésors oubliés de sa discographie.
Bien évidemment, la célébration fut plus que discrète et la maison de disque se contente d'un retirage d'un titre à succès ("Je voudrais être noir").
La carrière de Nino Ferrer méritait mieux que cet hommage en catimini et raté. Patience... la réhabilitation viendra forcément...


Pour une immersion dans la passionnante carrière de Nino Ferrer, on peut se  lancer dans la lecture de l'ouvrage Nino Ferrer. C'est irréparable de Henry Chartier (Bord de l'eau, 2007) Disponible à la vente dans toutes les bonnes librairies et sur : http://www.editionsbdl.com/FERRER_Nino.html








"Voici une biographie qui, bien loin du plaidoyer, s'apparente davantage à une juste rédemption"
Chrorus, Hiver 2007-2008

"L'analyse la plus détaillée de la discographie passionnante du musicien jamais publiée (...) un pas de plus vers la réhabilitation"
Keyboards-Recording, novembre 2007



Publié dans Kulturock

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jonas 12/12/2008 10:12

L'intelligence c'est bien beau mais si il y à des bistrots la haut je préfèrerais y croiser Nino plûtot que Niestche ou Schönberg...  Aprés tout peut être sont ils déjà à la même table...C'est quoi l'élite ? ceux qui se croient profonds ou ceux qui le sont, Ceux qui réflechissent ou ceux qui croient savoir. Nombre d'entre nous se laissent aveugler par les préjugés mais les aventuriers se reconnaissent entre eux quel que soit leur déguisement.        

Jonas 12/12/2008 09:39

Pour qu'il y ait promo il faudrait encore qu'il y ait démarche commerciale, Quand à 'l'anglisme' ou au 'yankisme' (?) termes dont j'aimerais connaître le sens exact, ils me rapellent certains préjugés Kulturels dont Harry Haller finit par de défaire, non sans bonheur dans 'le loup des steppes' de Herman Hesse. Pourquoi ne suivriez vous pas son exemple ?  Il n'est jamais trop tard...

rvelo 05/12/2008 19:22

Mêler Nietzsche à tant de promo d'anglisme et de yankisme est navrant ! c'est pollution culturelle et collaboration à l'expansion: attitude inconséquenteje reviendrai pas  

fab 08/09/2008 01:36

C'est vrai que c'est assez scandaleux la manière dont est traité le "catalogue" de ce pauvre nino ferrer... Alors qu'on réédite tout et n'importe quoi, il n'y a pas d'éditions correctes de ses albums des 70's qui sont poutant tous excellents. En plus de ceux que tu cites, j'ajouterais le méconnu "Suite en oeuf" sur lequel on trouve notamment le formidable "blues du chien"