HARMONIUM - Si on avait besoin d'un cinquième saison

Publié le par Athalide

HARMONIUM

 

Le groupe se forme en 1972. Autour de Serge Fiori (Guitares, mandolines, flûte, chant, cithare) on trouve Michel Normandeau (guitare, dulcimer, accordéon, chant), Louis Valois (basse, piano, chant). Le groupe rentre en studio en 1974 et en avril de cette année parait leur premier album intitulé Harmonium

Après une tournée de promotion, le groupe entre de nouveau en studio en 1975 pour y graver le mémorable Si on avait besoin d’une cinquième saison. L’année suivante Harmonium se lance dans un disque encore plus ambitieux, L’heptade, double album audacieux enregistré avec l’orchestre philharmonique de Montréal. Cet album est marqué par l’arrivée de nouveaux musiciens, mais surtout par le départ de Michel Normandeau un des membres fondateurs du groupe peu de temps après le début des session d’enregistrement.

Malgré cette défection, le succès va grandissant à travers le Québec et le groupe commence à connaître une renommée qui déborde les frontières Canadiennes, se produisant en Europe en première partie de Supertramp en 1977. Mais Harmonium, alors en pleine apogée se sépare en 1978.

Si on avait besoin d’une cinquième saison (1975)  

 

 Vert / Dixie / Depuis l'automne / En pleine face / Histoire sans parole

 

 

 

En 1975 sort cet album concept, sorte de Quatre saisons revisitées par l’enthousiasme et le souffle de l'ère post-hippies. Avec ce disque, Harmonium démontre qu’il a assimilé tous les mécanismes du rock progressif : il en possède les codes et les a modifié. Cet album représente ce qu’a pu produire de meilleur, la synthèse entre l’avant-garde pop issue de la fin des années soixante et la chanson à texte. Les compositions, où s'enchaînent avec une fausse simplicité les thèmes les plus complexes (« Depuis l’automne », « Histoire sans paroles »), sont dotées d'orchestrations et d'arrangements somptueux. Rien ne manque, du jeu soyeux des guitares acoustiques, en passant par les nappes de mellotron distillées avec talent, jusqu’aux harmonies vocales qui ne sont pas sans rappelées celles de Crosby, Stills, Nash & Young. Bref, un opus plein de poésie à (re)découvrir et qui a l'image de sa pochette apporte une touche de naïveté, d'optimisme et d'idéalisme revigorante.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article