Serge GAINSBOURG - Histoire de Melody Nelson

Publié le par Kul

Après un début de carrière de chanteur « rive gauche », il « retourne sa veste » écrit pour la génération yéyé et se rapproche de la sensibilité pop dans ses albums personnels. Parolier habile, compositeur prolixe et inspiré il va tout au long de sa carrière inonder la scène française de sa production, directement ou par chanteurs interposés. Alternant chansons faciles et morceaux exigents, faisant parfois preuve d’une complaisance coupable, il imposera durablement sa marque sur la production française.

Ce n’est que très tardivement que ses albums parviendront à toucher le plus grand nombre, alors même que sa production la plus intéressante se trouve déjà derrière lui. Cédant aux provocations faciles et aux productions dans le vent, sa fin de carrière, même si elle est jalonnée de morceaux encore intéressants, n’est plus portée par un véritable souffle créateur.

Histoire de Melody Nelson (1971)

Melody / Ballade de Melody Nelson / Valse de Melody / Ah! Melody / L'hôtel particulier / En Melody / Cargo culte

S’il n’y en avait qu’un à retenir, dans la production pourtant abondante de Gainsbourg, ce serait Histoire de Melody Nelson, tant la grâce et la beauté s’y trouvent mêlées. Ce disque dont les bases rythmiques furent enregistrées à Londres et les cordes en France, doit énormément à Jean-Claude Vannier. Ce dernier, musicien et orchestrateur autodidacte inspiré, a fait plus qu’arranger l’album : il lui a donné cette couleur si particulière et livré à Gainsbourg, étonnamment en panne d’inspiration, des mélodies délicates s’insérant harmonieusement dans la livraison du maître-pygmalion. Ce véritable album concept, narrant l’histoire d’un amour contrarié avec une (très) jeune fille, dévoile ses charmes au gré d’une musique variée entraînant l’auditeur dans les climats étranges du morceau d’ouverture (repris à la fin), à la valse soyeuse et mélancolique, en passant par le rock très typé 70 (« En Melody ») et les ballades envoûtantes (« Ah ! Melody »). Gainsbourg ouvre, avec cet album concept, la boite de pandore de ses fantasmes « lolitesques » hiératiques qu’il égrènera encore dans deux albums intéressants mais inégaux (L’homme à tête de chou et You’re under arrest). Échec commercial à sa sortie, il faudra attendre presque vingt ans pour que le disque trouve enfin son public et devienne culte.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

begin 28/01/2007 06:31

cet album est un chef d'oeuvre.... telement d'emotions, de profondeur, d'inteligence.... il devrait etre proposé aux jeunes et aux moins jeunes, il devrait etre expliqué, cela permettrait d'inciter a la lecture, a la poesie, et a toutes formes d'art.....